Home Quotes Contact Links Vhemt New Zealand PowerLess NZ Resources Experts Essays Running On Empty In Italiano

 

DECLARATION

 

Nous, membres des communautés des sciences et de l’éducation impliquées dans l’étude du pic mondial de production du pétrole, offrons la déclaration suivante sur le problème et ses implications pour notre futur:

Le pétrole est une ressource finie.
Une majorité croissante des principaux géologues pétroliers accepte que plus de 95 pourcent des réserves de pétrole mondiales ont été découvertes. Nous pouvons donc connaître, avec un degré raisonnable de certitude, le montant total de pétrole qui était disponible au début de l’âge du pétrole. A la date de ce rapport, l’humanité a consommé approximativement la moitié de ses réserves initiales. Nous continuons de consommer cette ressource finie au taux d’environ 75 millions de barils par jour plus de quatre fois le taux auquel nous trouvons de nouvelles réserves. Ce n’est pas une situation nouvelle: depuis 1981 nous avons trouvé chaque année moins de pétrole que ce que nous utilisons, et la différence entre ce qui est découvert et ce qui est consommé s’accroît. La situation devient maintenant critique et sévère.

Le pétrole est notre plus importante source d’énergie.
Le pétrole est le carburant qui a permis la croissance de la civilisation moderne, et tous les pays industrialisés dépendent maintenant du pétrole à un degré extraordinaire. Il fournit 40 pourcent de notre énergie primaire, et la versatilité physique et chimique du pétrole ainsi que sa densité énergétique sont telles qu’aucune autre source d’énergie ne peut servir de substitut complet ou même partiel. Le pétrole est critique pour notre infrastructure de transport, et il est l’essence de l’agriculture industrielle. Il est aussi partie intégrante de l’industrie pharmaceutique, de la plupart de l’industrie de l’habillement et d’une vaste gamme d’autres. En résumé, le pétrole est l’oxygène du monde industrialisé.

La production mondiale de pétrole approche de son pic.
Après plus de cinquante années de recherche et d’analyse sur le sujet, il est maintenant clair que le taux auquel les producteurs pétroliers de par le monde peuvent extraire le pétrole a atteint, ou est très proche d’atteindre, le niveau maximum possible. C’est ce que l’on veut dire par «pic pétrolier». Avec beaucoup de recherches et de dépenses, le niveau actuel de production de pétrole peut éventuellement être maintenu pour quelques années de plus, mais au delà la production de pétrole doit commencer un déclin irréversible. Ce déclin est une certitude, garantie par les lois de la nature qui gouvernent notre monde physique, et rien dans la science, la technologie ou l’ingénierie ne peut l’empêcher. La consommation d’une ressource finie est simplement un effort fini. Les tentatives de retarder le début de ce déclin assurent seulement un déclin plus raide et plus incontrôlable.

Le pic pétrolier est une puissante force de déstabilisation globale.
Les effets déstabilisateurs du pic pétrolier atteignent profondément notre système économique, notre environnement, et notre géopolitique. L’affaiblissement inexorable de l’approvisionnement a déjà déstabilisé les marchés pétroliers, créant des réponses des prix extrêmes aux plus petites perturbations. Des prix du pétrole plus élevés créent des difficultés économiques en augmentant le coût des biens de consommation tout en réduisant le revenu disponible. Les efforts pour soutenir les économies affaiblies au travers de régulations environnementales assouplies, d’exploration dans des régions ou la faune sauvage est fragile, ou le basculement vers le charbon ou le nucléaire posent de sérieuses menaces à notre environnement et à notre climat. Dans le passé, les pays du moyen orient ont augmenté leur production pour soulager des marchés tendus, mais avec plus de 50 pays producteurs de pétrole en déclin et avec un Moyen-Orient proche de son propre pic, tout soulagement à ce point sera limité et temporaire. L’action militaire actuelle en Irak pourrait résulter sur l’annulation de contrats pour le développements de champs pétroliers maintenant détenus par la Russie, la Chine, et la France, posant de sérieuses menaces économiques à ces pays. Les dommages de guerre à l’Irak, sa population et ses champs pétroliers et les terres au delà ont le potentiel de lâcher des forces refoulées incalculables. Les enjeux géopolitiques n’ont jamais été plus élevés.

Il n’y a pas de solutions faciles.
Toute discussion des solutions doit adhérer aux principes scientifiques. Des propositions sérieuses pour les technologies futures doivent être basées sur la thermodynamique et la physique, plutôt que sur le monde des affaires et l’économie. Beaucoup des substituts proposés pour le pétrole ont de sérieuses limitations techniques. Le gaz naturel est une ressource finie, et est déjà en déclin en Amérique du Nord. L’hydrogène est une panacée souvent citée, mais au lieu d’être une source d’énergie primaire, l’hydrogène est seulement un vecteur d’énergie et un perdant énergétique. En conséquence il n’est d’aucun secours. Le solaire, le vent et le nucléaire ne sont pas des carburants de transport et ont d’autres limitations qui peuvent gêner un déploiement à grande échelle. Les technologies encore au laboratoire, celles qui sont prouvées ou qui sont encore non prouvées, ne seront par définition pas prêtes pour l’utilisation assez vite et avec la magnitude dictée par ce problème. Le point clé est que le problème du pic pétrolier est ici, et que toutes les alternatives connues sont soit non prêtes, inadaptés, problématiques, ou limitées en potentiel.

Nous appelons tous les gouvernements du monde à reconnaître la gravité du problème du pic pétrolier.
Le pic pétrolier est inévitable. Les premiers avertissements ont été rendus publics il y a presque un demi siècle, et ont été largement ignorés. De plus en plus depuis ce temps, la communauté des géologues pétroliers a exprimé ses inquiétudes à propos de l’approvisionnement global de pétrole. Depuis 1995, un groupe de géologues à la retraite a émis des avertissements très spécifiques basés sur une analyse exhaustive. Il est bien plus que temps d’écouter leur appel.

Le pic pétrolier est le défi le plus crucial jamais rencontré par la civilisation humaine. Pour y faire face, nous devons reconnaître ensemble notre vulnérabilité collective, et travailler ensemble sur des changements sur la structure de notre culture et de notre civilisation jamais tentés auparavant. Nous ne sous-estimons pas l’ampleur de la tâche, ni la faible probabilité qu’elle ne soit achevée sans conséquences profondes. Les conséquences d’un échec à agir, toutefois, sont hors de toute compréhension.

Nous vous prions de nous rejoindre en adoptant cette déclaration et en devenant part de la communauté qui travaille à développer des réponses à tous les niveaux.


Rapport d’étude: «Le déclin de l’économie pétrolière» [PDF file, 1.2 MB].